Rue des voleurs de Mathias ENARD

Publié le par Hélène

                                               rue des voleurs

  ♥ ♥ ♥

  L’auteur :

 Né en 1972, Mathias Énard a étudié le persan et l’arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient. Il vit à Barcelone.

Il est l’auteur de cinq romans chez Actes Sud : La perfection du tir (2003, prix des Cinq Continents de la francophonie ; Babel n° 903), Remonter l’Orénoque (2005), Zone (2008, prix Décembre, prix du Livre Inter ; Babel n° 1020), Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants (2010, prix Goncourt des Lycéens, prix du Livre en Poitou-Charentes 2011) et Rue des Voleurs (2012).
Ainsi que Bréviaire des artificiers (Verticales, 2007) et L’alcool et la nostalgie (Inculte, 2011 ; Babel n° 1111).

 

L’histoire :

C’est un jeune Marocain de Tanger, un garçon sans histoire, un musulman passable, juste trop avide de liberté et d’épanouissement, dans une société peu libertaire. Au lycée, il a appris quelques bribes d’espagnol, assez de français pour se gaver de Série Noire. Il attend l’âge adulte en lorgnant les seins de sa cousine Meryem. C’est avec elle qu’il va “fauter”, une fois et une seule. On les surprend : les coups pleuvent, le voici à la rue, sans foi ni loi.

Commence alors une dérive qui l’amènera à servir les textes – et les morts – de manières inattendues, à confronter ses cauchemars au réel, à tutoyer l’amour et les projets d’exil.
Dans Rue des Voleurs, roman à vif et sur le vif, l’auteur de Zone retrouve son territoire hypersensible à l’heure du Printemps arabe et des révoltes indignées. Tandis que la Méditerranée s’embrase, l’Europe vacille. Il faut toute la jeunesse, toute la naïveté, toute l’énergie du jeune Tangérois pour traverser sans rebrousser chemin le champ de bataille. Parcours d’un combattant sans cause, Rue des Voleurs est porté par le rêve d’improbables apaisements, dans un avenir d’avance confisqué, qu’éclairent pourtant la compagnie des livres, l’amour de l’écrit et l’affirmation d’un humanisme arabe. (Quatrième de couverture)

 Ce que j’ai aimé :

Servi par une écriture fluide au style ciselé, Rue des Voleurs nous entraîne dans une histoire puissante autour de deux jeunes arabes perdus, à la recherche d’une famille, d’une reconnaissance, perdus surtout entre leur religion castratrice et leurs instincts naturels. Bassam va rejoindre le groupe pour la diffusion de la pensée coranique, entraînant pour un temps Lakhdar avec lui, mais une expédition bien particulière à leurs côtés éloignera peu à peu Lakhdar du cheikh Nouredine et de ses acolytes. Lakhdar va alors errer de Tanger à Barcelone, hanté par des cauchemars violents sous-tangents à son époque et aux vicissitudes  du monde actuel.  Le roman est en effet profondément ancré dans une actualité brûlante : l’enrôlement des jeunes arabes dans les mouvements extrémistes, les révolutions arabes de début 2011, la crise économique en Europe, le mouvement des Indignés, la victoire  des partis islamistes en Tunisie et en Egypte…

 Une subtilité dans les zones d’ombre plane sur les pages, dans les doutes de Lakhdar vis-à-vis de Bassam, son ami de toujours, si rien n’est sûr, le doute suffit à faire froid dans le dos…

 La construction fonctionne en boucle, la fin répondant au début du roman, et lui donnant ainsi tout son sens. Du grand art !

 « Je ne suis pas un assassin, je suis plus que ça.

Je ne suis pas un Marocain, je ne suis pas un Français, je ne suis pas un espagnol, je suis plus que ça.

Je ne suis pas un musulman, je suis plus que ça.

Faites de moi ce que vous voudrez. » (p. 250)

 Ce que j’ai moins aimé :

-          Rien

 Premières phrases :

« Les hommes sont des chiens, ils se frottent les uns aux autres dans la misère, ils se roulent dans la crasse sans pouvoir en sortir, se lèchent le poil et le sexe à longueur de journée, allongés dans la poussière prêts à tout pour le bout de barbaque ou l’os pourri qu’on voudra bien leur lancer, et moi tout comme eux, je suis un être humain, donc un détritus vicieux esclave de ses instincts, un chien, un chien qui mord quand il a peur et cherche les caresses. »

 Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias ENARD

Autre : Pour seul cortège de Laurent GAUDE

 D’autres avis :

Initiales

Presse : Le figaro

Blogs : Clara 

 

Rue des voleurs, Mathias Enard, Actes sud, août 2012, 256 p., 21.50 euros

challenge rentrée littéraire 2012 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

Curieux, je ne suis tentée ni par l'auteur, ni par le roman, et je ne m'explique pas cela. mais c'est pas très grave, y'a plein d'autres auteurs à lire !
Répondre
H


effectivement, les livres tentants sont nombreux !



C

oui, une belle découverte !
Répondre
H


J'ai beaucoup aimé !



N

Comme Philisine je n'ai pas encore lu Enard... il semble pourtant si talentueux.
Répondre
H


Oui, c'est une erreur à réparer au plus vite !



A

Ce que tu en dis donne vraiment envie de le lire.
Répondre
H


Je te le conseille !



M

Je voudrais lire un second titre de MAtias Enard après m'être un peu ennuyée en lisant "Parle-leur..." Je crois que c'est avec ce titre que je vais lui donner sa seconde chance.
Répondre
H


Il est assez différent de "Parle leur", je pense qu'il pourrait te plaire



G

Je l'ai commandé pour Noël, j'ai hâte !
Répondre
H


A Noël j'ai commandé plein de bd... j'ai hâte aussi !



J

En voila un que je ne raterais pas quand il sortira en poche. Quand tu ne parles pas de polar, je repars souvent de chez toi avec des tentations^^
Répondre
H


héhé ! une fois que tu auras lu Hiaasen, tu noteras TOUS les polars dont je parle ....



P

Toujours pas lu, un Enard : comment c'est possible ? Parfois je me le demande ... Bises
Répondre
H


mais comment que c'est possible ???



C

Une découverte de cet auteur pour moi que je ne suis pas prête d'oublier !
Répondre
H


Un très beau roman n'est-ce pas ??



C

Il est dans ma LàL


Bonne semaine.
Répondre
H


Cours l'acheter, il vaut le détour !



K

Un auteur que je repère depuis un bout de temps, sans doute devrais je profiter d'une période faste chez moi, où les romans français passent bien la rampe!
Répondre
H


Oui c'est marrant moi c'est pareil, mes coups de coeur de la rentrée littéraire sont des français ! extraordiaire !



A

Du grand art, je n'irai aps jusque là, mais j'ai bien aimé.
Répondre
H


Je m'emballe, je m'emballe !



A

Il est venu parler de son roman dans ma librairie, et je dois dire que c'était tentant. Je le prendrai à la bibliothèque.
Répondre
H


Laisse toi tenter...