Triste flic de Hugo HAMILTON

Publié le par Hélène

triste-flic.jpg

  ♥ ♥

 A ne pas laisser passer...

 

L’auteur :

 

Hugo Hamilton est un écrivain irlandais et accède à la consécration avec son roman autobiographique Sang impur, récompensé en France par le prix Fémina Etranger en 2004.

 

L’histoire :

 

Abandonné par sa femme, mis en congé à durée indéterminé après un incendie qui a failli lui coûter la vie, Pat Coyne mène une bien triste vie, remâchant ses diatribes réactionnaires entre deux pintes de Guiness. Mais lorsque son fils se retrouve impliqué dans une sordide affaire d’immigration clandestine, l’ex-flic reprend du service.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          L’humour est « déjanté » (qui était d’ailleurs le titre des premières aventures de Pat Coyne, tout aussi savoureuses)

-          Le personnage de Pat Coyne est attachant et atypique : perdu, dépassé et souvent imbibé, il essaie de vaincre ses démons résistants avec l’aide d’une thérapeute motivée. Mais c’est loin d’être gagné : il persécute un pauvre banquier, reste convaincu qu’il est « inextricablement lié » à sa femme Carmel qui l’a pourtant quitté (il constate d’ailleurs très finement « C’est pas de la tarte d’être amoureux » (p. 68)), n’hésite pas à déloger quelques lions dans la maison de son rival, et aime pester contre les adeptes de « l’irlanditude »… Il est le centre de son monde, le centre du roman, et ceci pour notre plus grand plaisir…

 

« Pat vous faites une fixation sur la vérité.

Bien sûr. Je veux la vérité.

Oui, mais vous ne pouvez pas vivre avec. Nous vivons de symboles. Nous avons besoin de rêves. De fiction. […]

Tour est affaire d’invention. Les vies sont des histoires. » (p. 180)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          L’intrigue policière est vite expédiée, elle n’est que secondaire.

 

 

Premières phrases :

 

« Coyne sirotait sa pinte. S’occupait de ses oignons. A l’instar de beaucoup d’autres solitaires assis au bar un peu partout dans Dublin, on l’aurait cru aux commandes d’un gros engin. Perché sur un tabouret ; en train de manœuvrer une grue, un camion à plate-forme, ou encore un bus bondé de passagers à moitié soûls. »

 

Vous aimerez aussi :

 

 Du même auteur : Déjanté

Autres : les romans de Ken BRUEN

 

Merci à Jérôme LAMBERT des Editions Points pour cette lecture.

 

D’autres avis Keisha, Jean-Marc

 

Triste flic, Hugo HAMILTON, Phébus, novembre 2008, 18.53 euros

POCHE : Triste flic, Hugo HAMILTON, Points, septembre 2010, 253 p., 6.50 euros

Publié dans Roman policier Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thief 20/11/2014 12:06

J'aime beaucoup tout ce qu'écrit Hugo Hamilton, "Comme personne" et "Je ne suis pas d'ici" étaient très bons aussi. C'est vrai que "Triste flic" n'est certainement pas un pur polar, mais bon on dévore le livre quand même, et c'est l'essentiel.

Marie 08/11/2010 22:12



Après tout, l'intrigue devient parfois presque secondaire quand tout le reste du roman est réussi, lorsque l'ambiance est particulière...


 



Hélène 09/11/2010 08:54



Oui, mais ce serait le petit bonus qui permettrait d'atteindre la perfection...



Kathel 08/11/2010 17:51



Si c'est "polar" même un peu, irlandais, et surtout dublinois, il faut que je le note... si ce n'est pas déjà fait ! Je file vérifier !



Hélène 09/11/2010 08:53



Tu as dû déjà le repérer, c'est devenu un incontournable...



keisha 08/11/2010 13:42



J'ai lu les deux, dans le désordre (et puis aussi Sang impur), alors oui, pas d'intrigue policière, mais 100% irlandais, j'adore ce type!



Hélène 09/11/2010 08:46



Je pense qu'il pourrait joindre à cette atmosphère une intrigue policière qui se tient, et ce serait parfait. Mais c'est déjà très bien, je te rejoins...