Le grand jeu de Céline MINARD

Publié le par Hélène

Rentrée littéraire 2016

La narratrice s'est retirée dans un refuge high tech accroché aux parois d'un massif montagneux. Elle cherche des réponses à ses questions, l'isolement étant comme une voie vers le "comment vivre" ? Si elle a tout prévu, c'est sans compter sur une nonne ermite du bout du monde qui bouleversera ses plans.
Ce personnage perché en haut de sa montagne apparaît aussi froid que les technologies mises en place pour lui permettre cette expérience du bout du monde. Aucune empathie ressentie envers cette femme dont on ne saisit pas bien les motivations profondes. Alors oui, elle se pose des questions, ô combien, mais justement, sans doute trop, peut-être mal. Ces questions perpétuelles alourdissent considérablement le récit, angoissantes, lancinantes, elles finissent par sonner creux. Artificielles plus que philosophiques. 

"On peut être en danger sans être en détresse. Dans quelles conditions ?" "Une menace est un risque précis. Et une promesse ?" "Peut-on se comprendre soi-même ? Peut-on réellement jouer seul aux échecs ?" 

"Tu acceptes qu'une forme verbale soit susceptible d'affecter ta production de glucocorticoïdes mais tu le refuses aux variations climatiques ? (...) Est-ce qu'avoir les pieds trempés quinze jours de long c'est une expérience enrichissante . En quoi ? En matière de champignon ? Est-ce que parler aux geais ça m'avance beaucoup sur le chemin de la paix de l'âme ?"

Et pourtant le thème du rapport à l'autre, entre menace et promesse était attirant :

"Si s'éloigner des humains c'était céder à l'affolement ? Refuser de prendre le risque de la promesse, de la menace. Refuser de le calculer, de le mesurer, de s'en garder. Si la retraite (le retirement), c'était jeter le risque du côté du danger, définitivement ? Si c'était choisir la peur, la panique, se choisir un maître ? Se laisser dévorer par la promesse et la menace, sans même qu'elles s'annoncent ? Vaut-il mieux s'éloigner du danger ou tenter de le réduire ? A quelle distance une relation humaine n'est-elle qu'un risque ? A quelle distance est-elle inoffensive ?

Est-ce que la surprise est une solution ? Une sauvagerie ?" p. 124

Stylistiquement parlant, ce choix assumé de poser des questions perpétuellement noie le propos et la personnalité de la narratrice qui manque alors de subtilité, de profondeur, de contours. 

Et puis parlons de cette nonne sortie de nulle part, personnage étrange autant qu'inquiétant. Quel rôle joue-t-elle ? Métaphorique ? A vouloir trop en faire, on se perd en chemin... Une déception ! 

 

Présentation de l'éditeur : Rivages 

D'autres avis : Cathulu. Dans L'express, un pour un et un contre s'affrontent... Pour les Inrocks il sonne creux, quand Télérama l'encense

Un roman qui divise indubitablement...

Du même auteur : Faillir être flingué

 

Le grand jeu, Céline Minard, Rivages, 190 p., 18 euros

 

Merci à l'éditeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
J'ai envie de découvrir cette auteure... mais peut-être pas avec ce titre là je dois dire...!
Répondre
H
Non il ne vaut mieux pas !
Z
Il me semble avoir essayé un livre d'elle que je n'ai pas pu terminer.
Répondre
H
So...
A
Je ne note donc pas ce titre de la rentrée littéraire.
Répondre
H
Non, ne note pas !
K
J'ai envie quand même!
Répondre
H
Vas y quand même alors !
G
J'avais lu son tout premier... et avais décroché en plein vol. Je n'ai pas récidivé depuis, et ton avis risque de me tenir éloignée de ce Grand jeu, dont le thème m'intéresse pourtant. Mais après, tout dépend de la manière dont il est traité.
Répondre
H
Le thème m'intéressait mais effectivement le traitement m'a déroutée..
M
Il me tente beaucoup ce roman et ton avis négatif me surprend. On m'a présenté Le grand jeu comme étant dans la même veine que Le mur invisible de Marlen Haushofer (mais en mieux, est-ce possible ? ).
Est-ce que tu as lu Le mur invisible ?
Bon, tu avais l'air plus enthousiaste pour Faillir être flingué que j'ai acheté l'année dernière et pas encore lu, je vais peut-être commencé par celui-là du coup...
Répondre
M
Merci :)
H
Non, je n'ai pas lu Le mur invisible. Je te conseille effectivement de commencer par "faillir être flingué" ;-)
E
j'ai lu ton avis, celui de Cathulu et l'Express pour mieux comprendre l'histoire (s'isoler dans un refuge "high tech" est pour moi déjà assez étrange) et la nonne ensuite .. et puis comme le journaliste et toi, l'idée qu'elle ne cesse de noyer le lecteur dans des questions philosophiques (qu'elle pose au lieu de faire en sorte que le lecteur se les pose lui-même) ne me tente pas du tout ! J'avais aimé Faillir être flingué car j'adore les western mais là je passe mon chemin ! merci pour ce billet
Répondre
H
Je t'en prie..
P
Oh zut... Il me tentait beaucoup celui-ci. ..
Répondre
H
Tu peux tenter peut-être seras tu conquise..
C
Un roman qui m'a enthousiasmée mais je comprends que les thématiques et le style puissent dérouter !:)
Répondre
H
Oui on adhère ou non...
A
Le billet de Cathulu m'avait beaucoup tentée. Je le prendrai à la bibliothèque, ce sera sans risque ;-)
Répondre
H
Les avis sont partagés sur ce titre..
Y
Vu une critique du même genre sur Le Canard enchaîné, et puis, personnellement, je n'avais déjà pas aimé Faillir être flingué, alors je m'abstiens de toute plongée dans le monde de l'auteure...
Répondre
H
Je n'ai pas lu la critique du Canard, je suis curieuse de la lire ! J'avais aimé "failli être flingué", je suis d'autant plus déçue...
M
Allez, on oublie et on passe à autre chose ! Ce genre de billet aide à affiner nos choix !
Répondre
H
Exactement, vite un autre...