Mascarade de Ray CELESTIN

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Que faisait-on des débris de rêves ? Est-ce qu'on les ramassait pour les recoller et en faire quelque chose d'autre ou bien est-ce qu'on laissait les éclats joncher le sol pour s'écorcher les pieds dessus jusqu'au sang ?"

Chicago. Juin 1928. La ville est sous l'emprise de Al Capone, qui utilise la prohibition pour asseoir son commerce et son influence aux ramifications profondes. Quand des mafieux de son camp meurent empoisonnés par de l'alcool frelaté, il rappelle à lui Dante, et lui demande de découvrir les coupables. De leur côté, les détectives Ida et Michael enquêtent sur la disparition d'une jeune femme et de son futur mari, issus de familles notoires de la ville. Enfin, Jacob, photographe pour la police, assiste à la découverte d'un corps qui le mène à enquêter sur une série de meurtres troubles. L'été qui s'annonce cloue les êtres au sol, la chaleur imprégnant chaque esprit endolori et accentuant les douleurs. Les personnages se croiseront à l'intersection de leurs enquêtes...

L'auteur signe là le deuxième volet passionnant d'une série de quatre ouvrages retraçant l'histoire du jazz et de la mafia pendant cinquante ans au XXème siècle. "Selon un procédé inspiré de l'Oulipo, chacune des quatre parties présente une ville, une décennie, un morceau, une saison, un thème et des conditions météorologiques différentes." indique l'auteur dans sa postface. Ainsi, dans cet opus, la ville de Chicago est à l'honneur. Chicago et ses industries qui se développent et asphyxient les êtres, Chicago et Al Capone décidé à régner sur la ville, Chicago et sa ségrégation raciale, mais aussi, la belle, berceau du jazz accueillant à bras ouverts des talents comme Louis Armstrong ou Joe "King" Oliver.

"Chicago reposait sur la ségrégation, sur ses limites et ses frictions, et le jazz était une oasis qui permettait d'y échapper. C'était comme un baume apaisant sur une ville blessée, une pommade pour dissoudre les frontières. Il était naturel que le jazz puisse être considéré comme une menace pour ces institutions qui profitaient des divisions compartimentant la ville."

"Le jazz venait des ouragans de la Nouvelle-Orléans que des légions de gens du Sud en haillons avaient ramenés dans le Nord, cachés dans les pistons des trompettes et le creux des contrebasses, et quand ils jouaient, ils libéraient ces tempêtes et toute cette énergie d'un simple souffle des lèvres sur une embouchure, d'une pression des doigts sur un clavier, d'une torsion de coude."

La structure même du roman est calquée sur l'enregistrement de "West End Blues" de Louis Armstrong. L'auteur voulait que le livre suive fidèlement l'arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l'instrumentation.  Pour la suite, la troisième partie sera située dans les années 1940, à New York et à l'automne.

Vivement !

 

Présentation de l'éditeur : 10/18

Du même auteur : Carnaval

D'autres avis : Eva ; Jérôme ; Kathel ;

 

Mascarade, Ray Célestin, traduit de l'anglais pas Jean Szlamowicz, 10/18, février 2018, 614 p., 9.10 euros

Publié dans Roman policier Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A_girl_from_earth 16/04/2018 23:36

J'avais bien aimé Carnaval. Je pensais bien poursuivre tranquilou mais là tu me donnes envie de le lire plus tôt que prévu ! (laissons passer une nuit, ça me passera, haha !)

Kathel 16/04/2018 17:11

J'attends aussi le troisième avec impatience. Ces romans sont ambitieux, dans le genre polar historique, rien de paresseux comme on le voit parfois...

Jerome 16/04/2018 12:26

Vivement le troisième, oui ! Les deux premiers ont pour l'instant tout d'un parcours sans faute !

Luocine 16/04/2018 08:15

Ce roman est bien dans mes listes , jaime ce que j'en lis sur les blogs que je frequente. Au programme donc...

Luocine 16/04/2018 08:14

Ce roman est bien dans mes listes , jaime ce que j'en lis sur les blogs que je frequente. Au programme donc...