L’interprétation des peurs de Wulf DORN

Publié le par Hélène

                                         

  

 

L’auteur :

 

Né en 1969, Wulf Dorn écrit depuis l'âge de 12 ans. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées et récompensées par des prix littéraires. L'Interprétation des peurs est son premier roman. Il vit à Ulm, en Allemagne. (Source : Babélio)

 

L’histoire :

 

Psychiatre de talent, Ellen Roth reçoit en consultation dans la clinique où elle travaille une femme en état de choc, qui lui confie être harcelée par un homme, sur lequel elle refuse de donner le moindre détail. Serait-elle en proie à un délire de persécution ? Ellen n'a pas le temps d'en apprendre plus : à peine internée, l'inconnue disparaît. 

Quelques jours plus tard, un mystérieux individu agresse Ellen et lui lance un macabre défi : elle a quarante-huit heures pour découvrir qui il est et les raisons qui le poussent à s'en prendre à elle, sans quoi la patiente disparue mourra. 

C'est le début d'une course contre la montre pour Ellen, confrontée à la paranoïa, la peur et la violence. Bien vite, elle se retrouve isolée de tous, ne pouvant compter sur personne. Et avec très peu de temps pour découvrir ce qui, dans sa vie et celle de ses proches, peut motiver cet inconnu qui semble en savoir très long sur elle. (Quatrième de couverture)

 

Mon avis :

 

Première impression : mais qu’est ce que c’est que ces personnages sans aucune psychologie ? Des aliens ? Je n’ai jamais connu un tel désert psychologique… Et pourtant la quatrième de couverture nous dit que l’auteur a passé du temps dans des services psychatriques en tant qu’assistant social. Alors ? Je pense qu’il aurait mieux fait d’arpenter les ateliers d’écriture …

 Vous me direz « oui mais la résolution de l’énigme explique le pourquoi du comment. » Oui, admettons.  Enfin pour Ellen, mais les autres pourquoi sont-ils privés de psychologie, de passé, de présent, d’avenir, de sentiments, de réflexions, de palpitations, bref d’épaisseur ? Un mystère !

 En ce qui concerne la construction, le  retournement de situation est trop soudain : ceux que l’on suspectait deviennent tout à coup des enfants de chœur – hackers de grant talent et prêts à tout pour défendre Ellen, qui elle aussi s’enfonce brusquement dans la mièvrerie :

 

« Mark courut dans a chambre et revint avec des serviettes propres. Ellen trouva sa sollicitude touchante. Une vraie mère poule, songea-t-elle sans pouvoir s’empêcher de sourire. » (p. 284)

« Mark la regarda avec amusement avaler en un temps record sa pizza et lui offrit un morceau de la sienne. Même si elle n’aimait pas particulièrement le salami, elle accepta volontiers. » (p. 291)

Ca c’est de la psychologie ! Et encore, je ne vous parle pas du collègue amoureux en secret de la belle, ou des lieux soit disant maléfiques -brrr je tremble... - ou encore des  infirmières aguicheuses qui lancent des regards de biche au premier beau gosse venu … 

Alors oui, la résolution de l’énigme est bluffante, je l’avoue, mais cela n’est malheureusement pas  suffisant  à mes yeux pour en faire un bon polar.

Conclusion : lisez Dennis Lehane et là vous vous inclinerez devant le maître et vous comprendrez ce qu’on entend par psychologie des personnages.

 

Premières phrases :

« Il est des lieux maléfiques, nimbés de légendes. De tels lieux sont régulièrement le théâtre d’évènements funestes, comme s’ils se nourrissent de drames.

Pour Hermann Talbach, la ferme en ruine du vieux Sallinger était de ces endroits maudits. Tout le monde dans le village en était convaincu. Certains allaient jusqu’à prétendre que quiconque osait s’en approcher sombrait dans la folie. Comme jadis Sallinger qui, un soir de mai, avait mis le feu aux bâtiments avant de périr dans les flammes avec sa femme et ses deux enfants. »

 

D’autres avis :

Clara ; Keisha ; Nadael ; Mimi ; Akialam   

 

  L’interprétation des peurs, Wulf DORN, traduit de l’allemand par Joël FALCOZ, Le cherche midi éditeur, mai 2012, 20 euros

  grand prix lectrices de elle

 

Publié dans Roman policier Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Merci ! je les note sur mon carnet biblio !
Répondre
H


Tu ne seras pas déçue !



C

Quel livre de Dennie Lehane tu me conseillerais ?
Répondre
H


Si tu veux les lire dans  l'ordre "un dernier verre avant la guerre", sinon un des meilleurs est "gone baby gone" à mon avis... "Shutter island" est très différent, très fort aussi...



A

Comme toi, j'aime bien quand il y a un fond de psychologie (le minimum, quoi).
Répondre
H


Et là le minimum requis n'est vraiment pas là...



J

Un polar boiteux si je comprends bien. Dommage, moi qui meurt d'impatience de me plonger dans un bon roman policier ;)
Répondre
H


Patience, le bon roman policier va arriver...  tu le liras ????



Y

J'aime bien les romans à tendance psy, mais là, juste après lecture de ton billet, celui-là ne me tente pas...
Répondre
H


Il faut dire que de mon côté ce type de romans n'est pas de mon goût... Peut-être qu'il te plairait...



K

Je m'étais déjà abstenue de noter ce livre, tu fais bien d'en remettre une couche, sait-on jamais ! 
Répondre
H


Oui oublie le définitivement... J'ai croisé ce mati dans le rer une dame qui le lisait sur sa liseuse... TTSSSS aura-t-il autant de succés en France qu'aux EU ?



N

C'est certain que la sélection Policier n'est pas terrible pour l'instant... espérons que cela s'arrange au fil des mois...
Répondre
H


Oui je l'espère !



K

Ce n'est pas le genre de bouquins que je lis en priorité, mais bon, de temsp en temps... En fit, c'est plutôt la fin qui m'a fait dire "ah encore ce genre d'explication"
Répondre
H


Une déception pour moi, pour l'instant le prix des lectrices de Elle ne m'a pas transportée...



A

De mon côté je l'avais surtout trouvé efficace (mais je suis une petite nature :p )
Répondre
H


Bizarrement je n'ai pas du tout eu peur, et pourtant je suis aussi une petite nature