Le syndrome de la vitre étoilée de Sophie ADRIANSEN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Ce qu'on traverse, tout de même. Ce qu'on partage. La façon dont on se soutient les uns les autres, parfois avec maladresse, mais sans faillir. Je crois que c'est quelque chose de grand.

Ce que le corps traverse, aussi." p. 277

Stéphanie est en couple. Après dix ans à deux, Guillaume et elle aspirent à être trois, mais le troisième se fait attendre. Des jours, des mois passés à lancer des phrases optimistes "Je n'ai presque plus de tampons. J'aurai un bébé dans le ventre avant la fin de la boîte." , des mois durant lesquels l'espoir sombre peu à peu remplacé par cette obsession  : jouir pour procréer... La pression arrive, crescendo, portée par les conseils absurdes de l'entourage "il ne faut pas y penser et cela arrivera." ; ou les remarques décalées de la mère ou de la tante  "Quand on prend du poids, tomber enceinte peut s'avérer moins facile. Tu es sûre que tu veux reprendre de la tarte ?" p.59 ; "Champagne pour tout le monde ? Ou quelqu'un aurait-il quelque chose à annoncer ? Non ? Alors champagne pour tout le monde !" p.58

La narratrice parle avec à la fois gravité et humour de ce parcours du combattant vécu par un couple sur cinq. Elle évoque le désespoir qui peut  saisir la jeune femme qui voit ses copines tomber enceintes les unes après les autres, quand elle, contemple son ventre désespérément plat. Le désespoir qui prend à la gorge quand le parcours se complique, quand le corps médical commence à jouer un rôle, que ce soit par le biais des analyses poussées ou plus tard des inséminations douloureuses. Elle ne nous épargne rien de cette plongée dans un univers froid, du manque d'humanité du corps médical aux positions humiliantes, de la douleur physique, du manque d'accompagnement psychologique. Mais elle parle aussi de la suite, de la résurrection, de la libération, et sa personnalité lumineuse éclaire les pages les nimbant d'une aura singulière.

La forme même de ce drôle de journal intime, fait de fragments éclatés, d'articles, d'analyses biologiques, de statistiques,  de citations décalées ("Il va nous falloir un plus gros bateau." citation des dents de la mer), d'injonctions maternelles, de souvenirs, pose le roman comme une métaphore de l'identité éclatée et de la difficulté d'être soi dans un monde de conventions.

"La vitre étoilée, c'est celle du flipper qui, sous les coups des joueurs frustrés d'avoir laissé échapper la bille, se brise sans se disloquer. Les fissures lui confèrent un aspect céleste. C'est quand tout est brisé à l'intérieur alors qu'à l'extérieur tout semble tenir. On peut même trouver ça joli. Après généralement, ça fait tilt."

Le parcours vers soi est long dans ce roman lumineux doté de ce petit "supplément d'âme", mais la liberté retrouvée n'a pas de prix.

"La vie sait se montrer savoureuse avec ceux qui osent la laisser venir à eux." p.284

 

Présentation de l'éditeur : Fleuve éditions

D'autres avis : Lili galipette ; Caroline

Du même auteur : Je vous emmène au bout de la ligne  ♥ ♥ (Essai)  Quand nous serons frère et sœur ♥ ♥ ; Grace Kelly ♥ ♥ (bio) ; Max et les poissons ♥ ♥ ♥ ♥ (Roman jeunesse) ; Naître et grandir en musique  ♥ ♥ (doct) ; Les grandes jambes ♥ ♥ ♥ (Roman jeunesse)

Son site : http://www.sophieadriansen.fr/

 

 Merci à Sophie !

 

Le syndrome de la vitre étoilée, Sophie Adriansen, Fleuve éditions, août 2016, 352 p., 19.50 euros

 

 

Commenter cet article

Leiloona 02/10/2016 12:08

Adoré la seconde partie ... quelle belle histoire oui !

Hélène 03/10/2016 08:33

C'est marrant, j'ai préféré pour ma part la première partie...

Laure 24/08/2016 09:22

Jamais lu cette auteure, mais maintenant, je garde ce titre dans un coin de ma tête ;-)

Hélène 26/08/2016 08:54

A découvrir !

Noukette 23/08/2016 00:18

Une de mes prochaines lectures !

Hélène 23/08/2016 07:54

Chic ! tu vas adorer !

gambadou 22/08/2016 21:36

Bien envie de découvrir cette auteure.

Hélène 23/08/2016 07:54

Ce titre serait un bon début !

Electra 22/08/2016 20:16

très beau billet - j'ai fini Le hussard sur le toit :-)

Hélène 23/08/2016 07:53

Je vais l'attaquer sous peu;;;

Alex-Mot-à-Mots 22/08/2016 16:46

Un parcours vers soi qui pourrait me plaire.

Hélène 23/08/2016 07:53

Je le pense aussi !

Dominique 22/08/2016 15:00

le sujet ne m'attire pas mais je suis curieuse de l'auteur que je ne connais pas du tout

Hélène 23/08/2016 07:53

Je te le conseille !

Jerome 22/08/2016 12:52

Hâte de m'y plonger !

Hélène 23/08/2016 07:53

Hâte d'avoir ton avis !

L'Irrégulière 22/08/2016 11:29

Je ne peux qu'être d'accord !!!!

Hélène 23/08/2016 07:53

:-)

Moka 22/08/2016 10:42

Deuxième chronique élogieuse lue ce matin. Je n'ai - contrairement à beaucoup d'entre vous - pas encore lu les livres de Sophie. Il serait temps réparer cela, et pourquoi pas avec ce titre?

Hélène 23/08/2016 07:53

Je pense que ce serait un bon début !

Leiloona 22/08/2016 10:07

J'aime beaucoup l'écriture de Sophie, vous êtes unanimes, et le sujet me plaît, donc banco ! :D

Hélène 23/08/2016 07:52

Banco !

keisha 22/08/2016 10:01

Allons bon, après Caroline tu en parles bien! Le sujet est hors de mes préoccupations, mais on a tous des gens autour de soi qui.

Hélène 23/08/2016 07:52

exactement, et puis Sophie va plus loin, elle nous parle de l'identité plus largement

cathulu 22/08/2016 08:44

Tu confirmes tout le bien déjà lu sur ce texte. je surligne !

Hélène 23/08/2016 07:52

Oh oui !

Luocine 22/08/2016 07:28

Je ne lirai sans doute pas ce roman mais je connais bien ce drame du désir d'enfant. Et je rajoute que ce billet est très beau.. luocine

Hélène 22/08/2016 08:02

Merci. C'est un sujet que j'ai rarement rencontré en littérature, et traité ici avec beaucoup de délicatesse !