Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman policier francais

L'affaire Clara Miller de Olivier BAL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Au coeur des forêts du New Hampshire, un lieu semble dévolu aux suicides : de nombreuses jeunes femmes se noient dans ce qu'on appelle là-bas "le lac des suicidées". Parmi elles, Clara Miller, journaliste qui s'était infiltrée dans l'entourage de Mike Stilth, rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse. Peu de temps avant sa mort la jeune femme avait fait appel à Paul Green, reporter du Globe pour qu'il la seconde dans son enquête. Paul décide donc de continuer ses investigations pour prouver le lien entre Mike Stilth et les prétendes suicidées. Mais l'artiste est bien protégé, notamment par son attachée de presse Joan Harlow, prête à tout pour que la vérité reste enfouie.

Ce que j'ai moins aimé :

L'auteur s'intéresse ici au monde du show-bizz et montre l'envers du décor. Seulement le bon vieux "drogue, sexe et rock'n'roll" a pris des rides et rien de neuf n'émane de ces pages.

De plus, le roman fait le choix d'alterner les points de vue mais ce procédé narratif sonne ici de façon mièvre mettant en scène des personnages trop caricaturaux qui manquent d'âme sans être incarnés, ce sont juste des caricatures devenues monstres à cause de sévices connus dans leur enfance.

Bilan :

Une déception !

Du même auteur : La forêt des disparus (plus réussi)

Partager cet article
Repost0

Sur la dalle de Fred VARGAS

Publié le par Hélène

♥ 

D'abord, apparait Adamsberg, et "sa vision si décalée des choses, ses étrangetés, son absence totale de classicisme". Le lecteur fredvargasien se réjouit alors de retrouver un vieux compagnon perdu de vue pendant plusieurs années. Il s'imagine déjà les anecdotes qu'il va raconter, la tendresse qui percera, les fous rires qui éclateront. Adamsberg doit partir pour la Bretagne, dans le petit village de Louviec, où "Rien n'échappe et tout suinte". Soit, suivons-le et peut-être que nous aurons la chance de gouter un kouign-amann en chemin. Pas de pâtisseries ni de crêpes bretonnes, mais on rencontre Chateaubriand - excusez du peu - ainsi qu'un fantôme boiteux propice à nous mener vers des mondes parallèles. Adamsberg se plait à se recueillir sur un dolmen, et ce détail finit de conquérir le lecteur qui avait tellement envie d'aimer ce livre.

Et puis...

Puis une deuxième intrigue s'est greffée sur la première, rendant la lecture tout à coup plus fastidieuse, plus longue et ennuyeuse. La greffe ne prend pas. L'humour alors se fait discret, comme piétiné par les hordes de gendarmes qui luttent contre une équipe de mafieux, un enlèvement se résout en trois pages fissa, sans que la tension n'ait le temps de s'installer, le suspens autour des menaces contre le commissaire tombe à plat, et le lecteur se prend à regretter de ne plus rien ressentir. Plus de frisson, plus d'émulation, plus d'enthousiasme, tout juste s'il ne s'endort pas sur son dolmen.

Mais que s'est-il passé ?

Alors certes le charme est tout de même présent, tout le monde sait que le suspens n'est pas la raison pour laquelle on lit ces romans, tout est dans l'atmosphère, dans ces personnages atypiques et tellement attachants.

Il n'en reste pas moins qu'ils auraient peut-être dû boire moins de chouchen pour que la magie opère parce que comme le dit l'un des personnages "quelque chose coince dans notre scénario"...

Présentation de l'auteur : Flammarion

Du même auteur : Temps glaciaires ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Quand sort la recluse ♥ ♥ ♥ (Policier)

Partager cet article
Repost0

L'été meurtrier de Sébastien JAPRISOT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Dans un petit village de Haute Provence, se noue un drame autour de plusieurs protagonistes. Pin-Pon Florimond est un pompier volontaire qui répare sa Delahaye à ses heures perdues, il est entouré de son frère Mickey "con comme un verre à dents", qui passe son temps à parler d'Eddy Merckx, de Bou-Bou le jeune frère tellement droit "qu'il a l'air d'un cintre", de sa mère et de la tante surnommée Cognata, sourde.

Dans le village, une jeune femme fait tourner les têtes : Elle fille d'une mère allemande et d'un père paralysé des jambes qui ne sort jamais de sa chambre, Elle et ses jupes collantes trop courtes, avec ou sans culotte ; Elle qui ne sait pas bien dire les choses, mais qui dit ce qui lui passe par la tête...

Pin-Pon va se rapprocher dangereusement d'elle, sans se douter des risques encourus.

L'alternance des points de vue permet de s'immiscer dans l'âme humaine, les personnages prenant ainsi réellement vie sous nos yeux, s'incarnant pour gagner en profondeur au fil et à mesure de l'intrigue. Le style ciselé encadre une tension qui monte crescendo jusqu'à une fin époustouflante !

Du grand art !

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

La forêt des disparus de Olivier BAL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Une fois que l'on commence à descendre dans les tréfonds de l'âme humaine, dans ce que l'homme a de pire, on s'embourbe et on ne remonte jamais vraiment."

Dans les bois de Redwoods, au bord du Pacifique dans l'Oregon, des disparitions inquiétantes ont lieu depuis des décennies. Régulièrement, la forêt semble avaler littéralement des randonneurs et les enquêtes finissent dans des impasses. Lauren, adjointe au shérif de Redwoods est obsédée par cette affaire des disparus, hantée elle-même par la disparition de son fils.

Paul Green, ancien journaliste qui a connu son heure de gloire avec l’affaire Clara Miller, s'est réfugié dans cette région. Surnommé "l'étranger" il vit en marge des habitants, jusqu'au jour où Charlie, une jeune adolescente, se réfugie chez lui et lui demande de l'aide. Au cœur de la forêt, elle en a vu plus qu'elle n'aurait dû...

L'auteur plante le décor au sein d'une communauté qui vit en vase clos, refermée sur elle même aux côtés de cette forêt qui semblent étendre ses ramifications et prendre vie. La peur dirige cette communauté, peur de l'autre, de l'étranger, mais cette peur est surtout alimentée sciemment pour que les plus faibles ne franchissent pas les barrières, et que jamais personne ne remette en question l'ordre des choses. Comment survivre dans ce monde profondément violent et sombre ? Paul Green prend sous son aile la jeune Charlie et lui apprend la vertu de l'entraide, de l'importance de fabriquer des souvenirs avec les gens qu'on aime pour se protéger.

Ce roman choral très bien construit se concentre sur des disparitions non expliquées et les statistiques sont effarantes. Chaque année aux États-Unis 600 000 personnes disparaissent sans laisser de traces. Parmi elles, 90 000 ne seront jamais retrouvées. On peut aisément disparaître dans un État et se reconstruire dans un autre.

Présentation de l'éditeur : XO éditions

A noter qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu L'affaire Clara Miller pour en apprécier la lecture.

Partager cet article
Repost0

Sans collier de Michèle PEDINIELLI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Ghjulia Boccanera, détective privée, participe à la recherche d'un ouvrier mystérieusement disparu sur un chantier niçois. Dans sa quête, elle croise l'histoire de l'Italie des années 1970 avec ceux qu'on appelait les cane sciolti, chiens sans collier, parce que ces hommes et ces femmes ne voulaient appartenir à aucune organisation politique mais rêvaient de changer le monde.

La construction ne suit pas seulement le point de vue de Ghjulia, certains chapitres sont consacrés à ces "cane sciolti" et d'autres à une jeune femme amnésique qui tente de retrouver des pans de son passé. Tout s'enchaine et finit par se rejoindre au cœur de Nice...

Il s'agit de la quatrième enquête de Ghjulia et il est préférable de lire la série dans l'ordre pour saisir tout le sel de l'intrigue et des personnages. Ici nous découvrons un nouveau décor, l'Italie mais avec toujours ces questions sociales placées au cœur des romans de l'autrice.

Une série à découvrir !

Présentation de l'éditeur : Editions de l'aube

Du même auteur : (dans l'ordre) :

Boccanera ♥ ♥ (Policier) ; Après les chiens ♥ ♥ ♥ (Policier) ; La patience de l'immortelle  ♥ ♥ ♥ (Policier) ;

Partager cet article
Repost0

Boccanera de Michèle PEDINIELLI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Boccanera, c'est Ghjulia Boccanera, dite Diou, enquêtrice privée corse qui officie à Nice. Un homme lui demande d'enquêter sur la mort de son compagnon, car la police fait peu cas de sa mort. Diou s'embarque alors dans une enquête trépidante !

Ce que j'ai aimé :

Le ton décalé,

Le rythme effréné,

Diou et son franc parler,

Le texte engagé.

Bilan :

Courez l'acheter !

Présentation de l'éditeur : Editions de l'aube

Du même auteur : Après les chiens ; La patience de l'immortelle

Partager cet article
Repost0

La patience de l'immortelle de Michèle PEDINIELLI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Ghjulia Boccanera revient vers ses racines, la Corse : en effet Joe, son ancien compagnon fait appel à elle pour l'accompagner dans son village corse. sa jeune nièce Letiza, que connaissait Ghjulia depuis l'enfance, a été assassinée,peut-être en relation avec l'une des enquêtes journalistiques qu'elle menait. Dans les montagnes de l’Alta Rocca, Ghjulia se laisse gagner par la beauté de l'île, renoue avec ses habitants mutiques et discute avec un vieil homme à la main croche. L'atmosphère est brûlante entre des incendies qui ravagent certains terrains, des spéculations immobilières inappropriées et des vols d'oliviers lucratifs...

Cette héroïne attachante et a compris que "l'adaptation et l'humour sont les clés de la survie". Elle fait face à ses situations extrêmes, des corps brûlés, des parents qui ont perdu leur unique enfant, des couples qui vacillent, des habitants ruinés, elle se prend des coups, mais garde la tête haute, prête à sourire, à pardonner, à aller au delà des apparences, et à se faire finalement sa propre idée de la justice...

La fraicheur de son héroïne et son humour décalé permettent à l'auteur d'aborder des thèmes graves avec intelligence.

Une réussite.

 

Du même auteur : Après les chiens

A noter qu'il n'est pas nécessaire de lire les tomes dans l'ordre (je n'ai toujours pas lu le premier ...)

Présentation de l'éditeur : Editions de l'Aube

Partager cet article
Repost0

Après les chiens de Michèle PEDINIELLI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

En faisant son jogging sur les hauteurs de Nice, Ghjulia Boccanera découvre le cadavre d'un jeune Erythréen. L'enquête est confiée à son ex le commandant Santucci, mais comme cela n'avance pas assez vite au goût de la jeune femme, elle mène elle-même des investigations en parallèle pour retrouver la famille du jeune homme, un réfugié. De plus, elle accepte une enquête liée à la disparition de Melody une jeune lycéenne. Un autre récit se superpose à celui de Ghjulia : celui d'un jeune garçon qui à l'automne 43 fait passer des juifs de la France à l'Italie.

D'un ton décalé atypique, l'auteure nous parle de racisme, d'antisémitisme, du rapport à l'autre, mais aussi d'entraide que ce soit entre voisins, entre amis, entre membres d'un réseau... Si le personnage de Ghjulia Boccanera doit beaucoup à l'attachement immédiat que l'on ressent pour le roman, un autre personnage omniprésent a son rôle à jouer : la ville de Nice, véritable protagoniste qui insuffle définitivement à cette série un attrait original.

Une série à découvrir !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de l'Aube

Du même auteur : Boccanera (A noter que je n'avais pas lu le premier tome des aventures de Ghjulia mais que cela ne m'a nullement gênée. )

Partager cet article
Repost0

La vallée de Bernard MINIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Il songea aussi que le tissu social craquait de toutes parts, que les lignes de faille se multipliaient. Ce pays était en train d'imploser. (...) Aujourd'hui, tout le monde semblait se chercher des ennemis."

Alors que Martin Servaz doit passer en conseil de discipline, il reçoit un appel de Marianne, son ex femme mystérieusement disparue. En traçant l'appel, il se retrouve au cœur de la forêt pyrénéenne, proche de l'abbaye mystérieuse d'Aiguesvives. Il demande l'aide de Irène Ziegler, mais a beau arpenter les sentiers, Marianne reste introuvable. Mais Servaz se retrouve rapidement bloqué avec les autres habitants, la route principale ayant été saccagée.

Ce que j'ai aimé :

- Le point fort tient dans l'atmosphère de cette vallée, comme hors du monde, ce qu'accentue la coupure volontaire de la route. La vie monastique est comme le symbole de cette vie préservée, que peut pourtant atteindre à tous moments le monde extérieur et sa violence.

- Quelques questionnements intéressants, sur Dieu, sur la mort, sur la vie sociale, qui, sans révolutionner la vie, offrent quelques pistes de réflexion.

"Carl Rogers a dit que la majorité d'entre nous ne sait pas écouter. Selon lui, nous nous sentons obligés de juger, parce qu'il est trop risqué d'écouter. Il a proposé une méthode pour ceux qui s'affrontent verbalement et qui ont des désaccords irréconciliables : "Interrompez la discussion et établissez la règle suivante : chacun ne peut prendre la parole qu’après avoir reformulé correctement l'idée et les sentiments des son interlocuteur, et lorsque ce dernier estime que cette reformulation correspond à ce qu'il a voulu dire."

- L'intrigue et les multiples rebondissements tiennent en haleine le lecteur qui ne peut plus lâcher le roman !

Ce que j'ai moins aimé :

- Les allusions incessantes aux tomes précédents, ce qui me fait dire à nouveau qu'il vaut mieux lire ces policiers dans l'ordre que voici :

Glacé / Le cercle / N'éteins pas la lumière / Une putain d'histoire / Nuit / Soeurs / M le bord de l'abîme / La vallée

- L'aspect assez noir, qui m'a fait faire des cauchemars par la suite : un conseil ne le lisez pas le soir...

- Quelques clichés, comme les risques des réseaux sociaux, la police face à la population en colère, les personnages qui ne sont pas ce qu'ils paraissent...

Bilan :

- Un policier addictif

 

Du même auteur : Le cercle ; Une putain d'histoire

Présentation de l'éditeur : XO Editions

Si vous souhaitez vous procurer cet ouvrage auprès d’un libraire proche de chez vous – via un service de retrait de livre (« click and collect ») ou de livraison -, rendez-vous sur l’un des sites suivants :

sauvonsnoslibraires.fr

jesoutiensmalibrairie.com

lalibrairie.com

placeleslibraires.fr

librairiesindépendantes.com

librest.com

livreshebdo.fr

Partager cet article
Repost0

Entre fauves de Colin NIEL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Martin est garde au parc national des Pyrénées. Désabusé, il erre à la recherche du dernier ours, Cannellito, soupçonnant les chasseurs de l'avoir fait disparaitre. Il traque également les chasseurs sur Internet avec son groupe Stop Hunting, et c'est ainsi qu'il découvre la photo d'une jeune fille posant aux côtés d'un lion qu'elle vient vraisemblablement de tuer. Martin se lance sur les traces de cette mystérieuse tueuse.

En s'intéressant au sujet de la chasse, Colin Niel choisit de présenter tous les points de vue au travers de personnages emblématiques : Martin incarne le militant anti-chasse persuadé du bien-fondé de sa lutte, la jeune Apolline incarne les chasseurs, elle-même issue d'une famille pratiquant la chasse, le jeune Kondjima est un un jeune éleveur Himba en Namibie, dont le troupeau de chèvres a été décimé par le lion que chasse Apolline et qui met un point d’honneur à être le premier à le retrouver pour le tuer. Enfin, et plus surprenant, le point de vue du lion apparait également. Cette multitude de points de vue différent d'un même problème enrichit le récit et apprend à relativiser, à connaitre toutes les données avant de juger et de condamner : tous seront à un moment du récit et chasseurs et proies.

L'auteur dénonce également la haine déversée sur les réseaux sociaux, haine qui peut mener au pire, sujet tristement d'actualité ces jours-ci.

La construction parfaitement calibrée sert parfaitement ce roman aux accents écologistes.

Mes réticences :

Je ne saurais expliquer vraiment pourquoi, mais il m'a manqué un éclat de passion à la lecture de ce roman, peut-être parce qu'aucun des personnages n'est réellement attachant, manquant de nuances. De plus, je m'attendais à un roman policier, mais l'intrigue se tient toujours en lisière du genre.

Bilan :

Malgré un point de vue intéressant, j'ai nettement préféré  Ce qui reste en forêt de ce même auteur !

 

Présentation de l'éditeur : le Rouergue

D'autres avis : Tant qu'il y aura des livres ;

Du même auteur :  Ce qui reste en forêt ♥ ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Seules les bêtes ♥ ♥ ♥ (Policier)

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

D'autres romans sur le sujet de la chasse : Mon Amérique de Jim FERGUSEspaces sauvages de Jim FERGUS ; Chasses furtivesde Léon MAZZELLA

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>