Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sélection de l'été

Publié le par Hélène

Pour plonger dans un roman d'aventures

Séquoias de Michel MOUTOT

IVEY Eowyn Au bord de la terre glacée


Pour être captivé par un roman policier

NUNN Kem Surf city

TAPPLY William Dérive sanglante 

 TENUTO Jim La rivière de sang 

NIEL Colin Ce qui reste en forêt

D'autres choix chez Be Polar

 

Pour relire des classiques

Le comte de Monte Cristo

 

Pour se mettre dans l'ambiance

Barbara Kingsolver Un été prodigue

Eric Orsenna Deux étés 

JANSON Tove Le livre d'un été

VON ARNIM Elizabeth L'été solitaire 

Philippe LABRO Un été dans l'ouest

 

Pour rêver avant l'heure

Localisation géographique

 

Quelques autres lectures passionnantes :

CLINE Emma The girls

GROFF Lauren Les furies

BURTON Jessie Miniaturiste

MARTINEZ Carole Le cœur cousu

 

Et bien sûr, l'incontournable :

La patience des buffles sous la pluie de David THOMAS

 

Pour ma part, voici mon programme :

NOREK Surface

FOLLETT Une colonne de feu

Un fils en or

YOURCENAR Mémoires d'Hadrien

STENDHAL Le rouge et le noir

COGNETTI Sans jamais atteindre le sommet

 

D'autres coups de coeur :

http://www.lecturissime.com/page-6013015.html

 

D'autres sélections :

Sur le blog : 2018 ; 2017  ; 2015 ; 2013 ; 2012 ; 2011

Partager cet article

Repost0

La femme à la fenêtre de A. J. FINN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Anna Fox est recluse dans sa grande maison. En arrêt de travail depuis un long moment, elle répond sur des forums en tant que pédopsychiatre, regarde des vieux films noirs, appelle régulièrement son mari et sa fille dont elle est séparée et passe sa journée à observer ses voisins. Sortir de chez elle lui est impossible, elle souffre d'agoraphobie et toute sortie provoque en elle des crises de panique.

Elle fait la connaissance de ses voisins, les Russell, reçoit la visite de Jane et de leur fils Ethan. Un beau soir elle entend des cris en provenance de chez eux, mais le doute s'installe en elle : était-ce l'effet de médicaments ? Elle est en effet la seule à avoir entendu ces cris. Quelques temps après, elle assiste au meurtre de Jane, tétanisée, incapable de réagir, et s'évanouit de peur. A son réveil, elle est hospitalisée, et personne n'ajoute foi à ses propos, d'autant plus que Jane Russell semble bel et bien vivante. Quoique...

Ce roman policier prenant joue sur la personnalité trouble de Anna, témoin peu crédible, tout comme l'était Rachel dans La fille du train. les similitudes entre les deux romans sont nombreuses, l'intrigue s'appuyant sur les mêmes ressorts. Si l'auteure ajoute ici quelques éléments nouveaux comme ces références intéressantes aux vieux films, cela ne suffit pas pour gagner en originalité.

 

Présentation de l'éditeur : Pocket

D'autres avis : Babélio

Vous aimerez aussi : La fille du train de Paula HAWKINS, Les apparences de Gillian FLYNN

Partager cet article

Repost0

Le secret de Chimneys de Agatha CHRISTIE, François RIVIERE et Laurence SUHNER

Publié le par Hélène

Au manoir de Chimneys se réunissent une femme fatale, un séduisant aventurier, un magnat de la finance. En effet, quelques temps auparavant, Anthony Cade a rencontré par hasard Jimmy McGrath, une vieille connaissance qui lui confie un paquet reçu par la poste contenant les mémoires du comte Stylptitch, ancien Premier ministre du royaume de Herzoslovaquie, décédé en exil à Paris deux mois auparavant. Cade est chargé de faire parvenir le manuscrit à un éditeur londonien avant le 13 octobre, moyennant quoi il recevra une récompense. Mais ce manuscrit semble très convoité...

Agatha Christie a publié ce roman d'espionnage en 1925, il est adapté ici en bande dessinée, mais je n'ai été conquise ni par l'intrigue, ni par les dessins. Le fait de devoir condenser l'histoire abracadabrante en quelques pages nuit clairement à la compréhension qui devient difficilement aisée.

A noter pour ceux qui auraient aimé, qu'il existe une suite indépendante Les sept cadrans, se déroulant dans le même cadre et avec quelques personnages récurrents. 

 

 

Partager cet article

Repost0

La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne BRONTE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Quand Helen Graham devient la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, les mauvaises langues du village se complaisent alors à lui prêter un passé tumultueux et des relations illicites. En effet, elle est artiste, se dit veuve et élève seule son jeune fils. Jeune cultivateur, Gilbert Markham tombe sous le charme et se plait à la défendre face à ses détracteurs. La jeune femme se décide alors à lui raconter son histoire en lui donnant à lire son journal. 

Gilbert découvre alors les affres des pièges dans lesquelles tombent les jeunes filles aveuglées par leurs sentiments et indifférentes aux voies de la raison émises par leurs pairs. Il apprend aussi à connaître Arthur, personnage inspiré par le frère de Anne Brontë, Branwell, qui a lui-même connu une descente aux enfers liée à l’alcoolisme et à la débauche et est mort finalement entre les bras de ses sœurs.

Publié en 1848, et considéré comme l'un des tout premiers romans féministes, La Dame du manoir de Wildfell analyse la place des femmes dans la société victorienne. Son héroïne évolue au fil des pages, ses expériences la forgent et la mènent vers l'émancipation rédemptrice. Le lecteur s'attache à ses pas, tremble à ses côtés, vibre sous certains regards et palpite de pages en pages ...

 

Présentation de l'éditeur : Archipoche

Du même auteur : Agnès Grey

D'autres avis : Claudia Lucia

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost0

Preuve vivante de John HARVEY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

En ce début d'été à Nottingham, des hommes sont sauvagement attaqués après avoir été abordés par une fille. Charles Resnick est appelé pour enquêter mais il doit aussi assurer la protection d'un auteure de best-sellers invitée d'honneur du festival "coups de feu dans le noir" car elle a reçu des lettres de menace préoccupantes.

D'une efficacité redoutable, ce roman accroche d'autant plus que son intrigue se situe dans l'environnement des festivals, mettant en scène des auteurs bien différents, entre Cathy Jordan, plutôt représentante de la nouvelle vague USA de romans policiers, et les auteures plus classiques anglaises comme Dorothy, privilégiant les intrigues à la Agatha Christie. La peinture de ce microcosme est fine et intelligente.

De fait, même si ce roman ne révolutionne pas le genre, il permet de passer un bon moment de lecture, dans un univers apprécié.  

 

Présentation de l'éditeur : Rivages

Du même auteur : De chair et de sang ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Traquer les ombres  ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Le deuil et l'oubli   ♥ (Policier) ; Cold in hand ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Lignes de fuite  ♥ (Policier)

D'autres avis : Babélio

 

 

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article

Repost0

La guerre de Catherine de Julia BILLET et Claire FAUVEL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Fauve d'Angoulême - Jeunesse 2018

Rachel est une jeune fille juive passionnée de photographie qui va devoir fuir de lieux en lieux, portée par des réseaux de résistants durant la guerre. Elle est accueillie notamment à la Maison de Sèvres, pension des sœurs de la Sainte-Providence, à Riom, et épouse la foi catholique par obligation. Là, elle rencontre Agnès et Alice et connait ses premiers émois amoureux avec Etienne lui même photographe.

Mais l'heure de la fuite arrive rapidement, et les rencontres fortes s'enchainent : tout d'abord dans une famille d'accueil à la campagne près de Limoges, accompagnée de la petite Alice, puis à l'orphelinat du Château de Panges, pour enfin se cacher dans les bois aux côtés de résistants. Elle rencontre alors Antoine, leur chef, et sa femme, Cristina. Tout son parcours est marqué finalement par des rencontres profondément humaines, qui lui permettent de fuir un destin funeste.

Le personnage de Catherine est inspiré d'une femme qui a réellement existé, puisqu'il s'agit de Tamo Cohen, la propre mère de Julia Billet, l'auteur du récit mis en image par Claire Fauvel. Comme elle l'explique dans le dossier à la fin de la BD, Tamo a, comme Catherine, été cachée par la Maison de Sèvres et a parcouru la France de refuge en refuge avant de revenir à la Maison de Sèvres, elle aussi. Cette Maison est également authentique. Institution totalement à part, aux méthodes révolutionnaires, la vie de la Maison est fidèlement reproduite dans la BD.

Avec délicatesse et intelligence, l'auteure évoque la grande H par le biais du destin de Rachel/Catherine et nous rappelle ainsi, s'il en est besoin, les bienfaits de l'entraide dans une visée humaniste portée par l'espoir en un monde meilleur.

Présentation de l'éditeur : Rue de Sèvres

Bd de la semaine accueillie par

 

Publié dans Jeunesse BD

Partager cet article

Repost0

On purge bébé de Georges FEYDEAU

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cette pièce drôlissime met en scène un couple de bourgeois, les Follavoine. Monsieur, détenteur du brevet de la porcelaine incassable (en théorie) attend la visite de M. Chouilloux, chargé par l'état de sélectionner le futur pot de chambre qui doit équiper l'armée française. Madame est quant à elle préoccupée par les problèmes intestinaux de son fils Toto, et c'est pour partager ses angoisses qu'elle rend visite à son mari en bigoudis et robe de chambre, accompagnée de son pot de chambre qu'elle s'apprêtait à vider.

Derrière les aspects scatologiques se cache une profonde réflexion sur la société bourgeoise du début XXème. Toto annonce le futur enfant roi qui tient tête à ses parents et est au centre des préoccupations du couple, ciment du couple, il est aussi la cause des dissensions. Feydeau aborde aussi la condition féminine et le rôle respectif des mères et des pères, quand les unes gèrent la santé et l'alimentation saine et les autres le savoir, même si le savoir paternel et l'autorité maternelle restent finalement chancelants. La médiocrité, la mesquinerie et l'hypocrisie sont impitoyablement épinglées dans ce conflit de couple admirablement bien orchestré.

Un vaudeville à redécouvrir !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Publié dans Théâtre

Partager cet article

Repost0

Poulets grillés - Rester groupés - Art et décès de Sophie HENAFF

Publié le par Hélène

♥ ♥

Poulets grillés :

Dans ce premier tome de la série nous faisons connaissance avec l'équipe de la commissaire Anne Capestan à qui le le divisionnaire Buron confie une équipe de bras-cassés, composés de tous les laissés pour compte de la police judiciaire, alcoolos, homos, porte-poisse, écrivains à l'égo surdimensionné, crétins notoires ... Mais cette équipe va finalement s'avérer plus efficace que prévu...

Rester groupés :

La troupe de Anne Capestan se voit dotée de nouveaux comme Saint-Lô, sorti de l'hôpital psychiatrique dans la peau de d'Artagnan et de Ratafia, rat policier.  Ils enquêtent cette fois-ci sur plusieurs assassinats éparpillés sur le territoire et annoncés au préalable. L'ex beau-père de Capestan fait malheureusement partie des victimes...

Si l'enquête est un peu plus molle que dans le premier tome de la série, les touches d'humour sauvent le roman comme cette mythique course poursuite à dos de poneys dans le parc du Luxembourg. L'équipe n'ayant pas les moyens de se payer un logiciel de dessin, ils utilisent les jeux vidéos pour créer des avatars pour la reconnaissance des suspects, sauf qu'il ne faut pas oublier d'éviter de jouer avec cet avatar... Pour couronner le tout, le tome s'achève par un concours de fer d'or Philips qui vaut le détour !

Art de décès :

L'intrigue se déroule cette fois-ci sur un plateau de cinéma, car la capitaine Eva rosière devenue scénariste est accusée du meurtre d'un réalisateur qu'elle avait invectivé et menacé quelques minutes plus tôt.

 

Bilan des trois tomes :

Un ton enlevé à l'humour ravageur avec des discussions pour savoir si le 36 avait été au 38 si on l'aurait quand même appelé le 36, mais des intrigues un peu longuettes sans grande surprise.

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel ; Le livre de poche

D'autres avis : Poulets grillés : Yves ; Rester groupés : Babélio ; Art de décès : Babélio

Partager cet article

Repost0

Christopher et Colombus de Elizabeth VON ARNIM

Publié le par Hélène

Christopher et Colombus s'appellent en réalité Anna-Rose et Anna-Felicitas, et sont deux jumelles de dix-sept ans. Alors qu'elles étaient en Angleterre recueillie par leur oncle, après la mort de leur parent, celui-ci a préféré les expédier en Amérique, chez un autre oncle, pour ni plu ni moins se débarrasser d'elles. A cette époque, en 1916, ces jeunes filles de père allemand et au fort accent germanique ne sont en effet guère populaires ... Sur le bateau, livrées à elles-mêmes, elles se placent sous la protection d'un gentleman.

Si l'aventure des deux jeunes femmes naïves est assez drôle au début, l'ensemble s'essouffle dans la deuxième partie du roman. L'étude du milieu de l'époque est fine et l'humour omniprésent ajoute une touche de fraîcheur au destin atypique des deux soeurs, mais globalement, j'ai préféré d'autres romans de l'auteur comme Avril enchanté, L'été solitaire ou En caravane...
 

Présentation de l'éditeur : 10/18

Du même auteur : L'été solitaire ♥ ♥ ♥ 

 

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost0

Dix petits nègres de Agatha CHRISTIE

Publié le par Hélène

♥ ♥

"- On devrait élucider le mystère avant de mettre les voiles. On se croirait dans un roman policier... C'est palpitant !
- Je suis arrivé à un âge, grinça le juge, où on n'a plus guère envie de "palpiter", comme vous dites.
- La vie de magistrat, ça vous racornit un bonhomme ! railla Anthony avec un grand sourire. Moi, je suis pour le crime ! À la sienne ! "

Dix personnes d'horizons très différents sont invités sur L'île du Nègre, par un mystérieux hôte, absent des lieux. Seul un couple de domestique est présent sur l'île à leur arrivée.

Après le premier repas, une voix mystérieuse s'élevant d'un gramophone s'élève, reprochant à chacun des convives présent un ou plusieurs crimes. Lors de ce même repas, l'un d'eux meurt en s'étranglant. Bizarrement cette mort semble faire écho à une comptine affichée dans les chambres. Puis, le lendemain, une autre mort survient, suivant le texte à la lettre. Les survivants redoutent la suite...

La réputation de ce court roman policier n'est pas usurpée, s'il est un des plus connus de Agatha Christie, ce n'est pas sans raison : une intrigue remarquable, un suspens admirablement bien conçu, des personnages intrigants et une morale philosophique : "On n'échappe pas à sa conscience"... A découvrir absolument !

Dix petits Nègres s'en allèrent dîner.
L'un d'eux s'étrangla et il n'en resta plus que
Neuf.
Neuf petits Nègres veillèrent très tard.
L'un d'eux oublia de se réveiller et il n'en resta plus que
Huit.
Huit petits Nègres voyagèrent dans le Devon.
L'un d'eux voulut y demeurer et il n'en resta plus que
Sept.
Sept petits Nègres cassèrent du bois avec une hachette.
Un se coupa en deux et il n'en resta plus que
Six
Six petits Nègres jouèrent avec une ruche.
Un bourdon piqua l'un d'eux et il n'en resta plus que
Cinq.
Cinq petits Nègres étudièrent le droit.
L'un d'eux devint avocat et il n'en resta plus que
Quatre.
Quatre petits Nègres s'en allèrent en mer.
Un hareng saur avala l'un d'eux et il n'en resta plus que
Trois.
Trois petits Nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un et il n'en resta plus que
Deux.
Deux petits Nègres s'assirent au soleil.
L'un d'eux fut grillé et il n'en resta plus que
Un.
Un petit Nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre et il n'en resta plus
Aucun.

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

D'autres avis : Babélio

 

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article

Repost0